40 années de rêves pour les 40 ans du mirano continental

MIRANO 80

l'espace d'un rêve

40 années de rêves pour les 40 ans du mirano continental
 

Palier 1

Le film

"Mirano 80, l’espace d’un rêve."

Un film de Luc Jabon et Thomas Purcaro Decaro

Synopsis

Revivre l’épopée d’une discothèque unique à Bruxelles, celle du Mirano Continental, c’est s’immerger dans l’atmosphère des années 80 avec sa révolution musicale, visuelle, artistique.  C’est explorer ses avant-gardes, ses défis sociétaux, son imaginaire créatif.

 

Mais comment une bande de jeunes bruxellois, bien décidés à concrétiser un rêve commun, sont-ils parvenus à relever un tel pari ?  

 

Un pari d’une durée de vie exceptionnelle qui marque les esprits encore aujourd’hui, alors que cette culture du monde de la nuit inaugurée par le Mirano, se retrouve, avec la crise du Covid, en plein questionnement.

Mot des auteurs et réalisateurs

Dans l’effervescence culturelle et sociale des années 80, sur les cendres d’un ancien cinéma de la commune de Saint Josse, naissait à Bruxelles le Mirano Continental. Une discothèque d’avant-garde, non seulement comme témoin et acteur de la vie nocturne, mais aussi comme phare de nouvelles tendances qui anticiperont l’évolution culturelle et sociétale d’une ville comme Bruxelles, une ville qui a été et reste un terrain de jeu idéal pour beaucoup d’innovations.

 

Depuis 1981, le Mirano Continental a ainsi vu défiler des centaines d’événements, d’envergure internationale, où des artistes et des créateurs ont rendu palpable la révolution des modes musicales, vestimentaires et technologiques, marquant ainsi de leur empreinte la capitale de l’Europe avant que le monde ne bascule dans l’ère numérique.

 

Mais d’où vient ce succès du Mirano Continental ?

 

Pourquoi cette discothèque a-t-elle survécu autant d’années alors que la plupart d’entre elles ont une durée de vie de 2 ou 3 ans ? De quelle manière, sa direction, ses équipes, ont-elles assumé cette continuité ? Et comment se fait-il que son nom reste gravé dans la mémoire de plusieurs générations ?

 

L’originalité du Mirano, le Mirano comme espace d’émancipation, le Mirano qui a rêvé une part de notre futur… Autant de thématiques qui nous offrent surtout le moyen de partager émotionnellement le parcours de celles et ceux qui tenaient à concrétiser leur rêve dans une époque où tout semblait encore possible.

 

Étrangement, ce partage n’est pas seulement réclamé par les nombreux fidèles du lieu, il est aussi demandé par de nouvelles générations attirées par le monde de la nuit.

Les années 80 abattaient des murs. Aujourd’hui, ne faut-il pas à nouveau se battre contre ceux qui veulent en reconstruire ? Et dans ce climat d’incertitude que traverse le monde de la nuit et sa culture, ne faudra-t-il pas réinventer ces espaces de libertés que les années 80 avaient conquis ?

 

Luc Jabon et Thomas Purcaro Decaro

Mot de la production

Avec le film nous revivrons l’épopée d’une discothèque unique à Bruxelles, et nous nous immergerons dans l’atmosphère des années 80 à travers sa musique incontournable, son éclectisme visuel et son avant-garde créative.

 

Nous interrogerons les raisons d’une durée de vie exceptionnelle et tenterons de comprendre pourquoi une certaine culture du monde de la nuit, inaugurée par le Mirano, résonne encore aujourd’hui, inspirant l’époque actuelle.

 

A l’heure où les boites de nuit et de manière plus générale le monde de la nuit se sont tus pour un certain temps, muselés par ce méchant virus Covid, cet anniversaire prend d’autant plus de signification, porteur d’une valeur patrimoniale d’exception.

 

A travers cet anniversaire l’équipe de production souhaite honorer l’ensemble du secteur de la nuit.

 

C’est aussi montrer qu’à Bruxelles ce monde de la nuit se construit autour d’un savoir-faire, d’un marketing territorial qui a mis la capitale européenne au cœur des lieux festifs. 

 

Plus particulièrement, l’évènement « Mirano, back to the legend » mettra l’accent sur les années 80 comme une aventure qui aujourd’hui s’apparente à un mythe.

Martine Barbé 

Productrice - Image Création

Capture%20d%25u2019e%CC%81cran%202020-11

Le film est financé aujourd’hui à 80%

A quoi le financement servira-t-il ?

Nous avons déniché des archives passionnantes sur ces années 80, sur les soirées du Mirano, grâce à certains d’entre vous qui se sont déjà manifestés. Ces archives sur des supports de formats différents doivent être numérisées, mises sur un serveur, certaines demandent même un travail de restauration, autant de pépites qui enrichiront le film. Cette étape est fondamentale pour le contenu et la qualité du film.

 

Nous devons aussi intensifier nos recherches et pour cela il nous faut mettre une équipe en place pour ce repérage.

 

La musique plus que dans tout autre documentaire fait partie intégrante du contenu, il nous faut retrouver les morceaux et avoir les moyens de rechercher les ayants droits et de payer les droits d’utilisation de morceaux musicaux emblématiques de ces années 80.

 

La recherche de témoignages via une équipe qui par des newsletters sur Facebook et réseaux sociaux touchera cette communauté du MIRANO.